Plat au cheval harnaché pour la fête de Saint-Eloi
Argonne, Champagne-Ardenne, Nord-Est de la France, XVIIIe siècle

 

Plat en terre vernissée à glaçure jaune ; le marli dont le bord godronné est surligné en rouge est orné d’une ligne brisée dessinant sur le pourtour du plat un bandeau de triangles teintés alternativement en rouge et vert ; au centre du plat, un décor gravé représente un homme coiffé d’un chapeau et fumant la pipe, qui conduit un cheval harnaché pour la fête de Saint-Eloi ; devant eux se hâte un tout petit chien. D : 31 cm.

Ce plat a été conservé depuis plus de deux siècles par une famille originaire de Florent-en-Argonne, village proche de Sainte-Menehould. La région est connue en particulier pour ses faïenceries, notamment la fabrique des Islettes, au hameau du Bois d’Epense, proche du village de Florent. La terre argileuse, l’eau et la forêt ont favorisé l’activité potière dans la région depuis le haut moyen-âge. Notre plat peut avoir été produit à Clermont-en-Argonne, localité voisine des Islettes, où l’on « fait depuis longtemps de la poterie vernissée » (Nouveau Tardy, France, t. 2, p84).

 

 

Le fumeur de pipe pourrait être un bourrelier conduisant son cheval harnaché pour la fête de Saint-Eloi. Le personnage à la pipe est caractéristique des décors du Nord. Quant à la fête de St Eloi, si les défilés provençaux de chevaux sont les mieux connus, Van Gennep évoque sa célébration deux fois l’an dans la plupart des régions, dont l’Artois et la Champagne (Manuel de Folklore français contemporain, Ed. Picard, Tome Premier, vol. VI,2 pp. 2093-2100). La Saint-Eloi d’Eté  en juin est la fête des cultivateurs ou des chevaux, dit Van Gennep ; « la Saint-Eloi d’Hiver (1er décembre) est plutôt celle des ouvriers du fer et artisans voisins (forgerons, charrons, bourreliers, etc.) des orfèvres et travailleurs en métaux précieux. » (ibid. vol. VI,4 p.2750).