Pichet à la marguerite
Paris, Ile-de-France, XVI-XVIIe siècle

 

 

 

 

 

Pichet en terre vernissée à glaçure verte à haut col cylindrique, lèvre épaisse, moulurée et pincée ; une bande appliquée à l’avant du col est travaillée au pouce d’une vague de lunules en relief ; au-dessous, une large pastille estampée de neuf ronds couvre la ligne tracée à l’épaulement ; panse arrondie rétrécie à la base ; patin. Haut : 21,5 cm ; diamètre de la base : 10 cm ; diamètre du col: 9 cm; diamètre de la panse: env. 13 cm

Provenance : étiquettes d’un collectionneur et du marchand-expert en céramiques Nicolier, quai Voltaire.

La datation de ce type de pichet parisien varie grandement selon les publications : celle du Musée national de la Céramique situe sa production entre le XVe et le XVIe siècle ; celle du Musée des Arts et Traditions populaires entre le XVIIe siècle et la première moitié du XVIIIe. Dans le Catalogue typo-chronologique des productions de Fosses – Vallée de l’Ysieux (vol.2) publié par R. Guadagnin (CRAHM-Caen 2007) le décor de lunules repoussées au pouce et de marguerites de cercles estampés est largement attesté sur des cruches et des marmites au XVIe siècle et dans la première moitié du XVIIe siècle (pp.451-452, 460, 474-475, 478-479).

On peut voir des pichets en terre vernissée verte de forme similaire dans plusieurs natures mortes de Chardin datant de la première moitié du XVIIIe siècle, notamment  dans La raie, La fontaine de cuivre, Menu de gras et ustensiles de cuisine (Louvre), Ustensiles de cuisine (Ashmolean museum Oxford). Ces pichets sont tous peints de trois-quarts dos, de sorte qu’on ne sait pas si le pichet de Chardin avait une applique sur la panse ou s’il ne souhaitait pas qu’elle figure dans sa composition.

Références : Modèle comparable (sans applique) au Musée national de Céramique, Sèvres, reproduit dans C. Lahaussois, B. Pannequin, Terres vernissées, Massin, p21 ; Les Français et la table, Editions de la Réunion des Musées nationaux, 1985, pp.262-263 n°239 du catalogue d’exposition.